Gendarmes Et Citoyens

Créé le 1er avril 2007
 
AccueilPortailCarteQui est quoi ?CalendrierFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrerMentions légalesLiens

Partagez | 
 

 Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 15 Fév 2013 - 19:53

Rappel du premier message :

Ce « a minima », dans le titre du sujet, reflète surtout la crainte de voir s’instaurer
une justice minimaliste, usant d’expédients pour gérer sa pénurie de moyens,
et compenser notamment l'important déficit de places de prison.


D'ailleurs, le " Grand jury " de la " conférence de consensus " n'a pas encore rendu ses conclusions,
que, déjà, des membres éminents du gouvernement laissent percer leurs intentions...



http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20130215.REU7472/ayrault-veut-rompre-avec-les-errements-du-passe-sur-la-recidive.html
" Ayrault veut rompre avec les errements du passé sur la récidive.

Jean-Marc Ayrault a dénoncé vendredi [15 février 2013] l'aggravation des sanctions pénales ces dernières années pour lutter contre la récidive, une politique à laquelle le gouvernement français entend mettre fin.

Le Premier ministre et la ministre de la Justice Christiane Taubira ont présenté leurs priorités en la matière lors de la séance de rentrée de la promotion 2013 des auditeurs de justice à l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) de Bordeaux.

Une "conférence de consensus", dont les conclusions seront remises au gouvernement mercredi prochain [20 février 2013], a été saisie jeudi par Christiane Taubira pour étudier les connaissances actuelles en matière de récidive et définir une nouvelle approche par rapport à la politique menée par Nicolas Sarkozy.

"Nous ne voulons plus de cette politique. Qui peut croire qu'un séjour en prison suffise à chaque fois à empêcher la récidive ?", a demandé Jean-Marc Ayrault, estimant que "le temps de la détention doit être un temps utile".

"En matière pénale, nous voulons rompre avec les errements du passé et mettre en œuvre une politique alliant fermeté, efficacité, dans la lutte contre la délinquance et le respect des droits des victimes et des personnes poursuivies."

Il a insisté devant les futurs magistrats sur la volonté du gouvernement de préserver l'indépendance de la justice, mises à mal selon lui par le prédécesseur de François Hollande, afin de "rétablir une République exemplaire".
[..................] "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Heimoth
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 137
Emploi : Gendarme de BT
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Dim 17 Fév 2013 - 22:49

Saint Just a écrit:
Heimoth a écrit:


Définitions :
dernier homme : Homme médiocre. Ultime produit de l'esclavage engendré par la civilisation.
produit : cad le résultat de diverses opérations, de diverses causes qui se sont enchaînées.


Problématique :

La difficulté de ce sujet réside dans le fait qu’on ne peut donner une définition de l’homme conforme à celles que donnent les dictionnaires, car elles sont largement insuffisantes. Ce qui, justement, définit l’homme, c’est qu’il ne peut se laisser enfermer dans une définition, qui est toujours une délimitation, donc une limitation. On pourrait, dès lors, répondre tout de suite que l’homme ne peut être un produit social, parce que cela voudrait dire que l’homme est complètement déterminé par son milieu. Est-ce pour autant que l’homme est complètement autonome et imperméable à son milieu ? Cela signifierait que l’homme est dès le début déterminé à être imperméable à toute évolution ou influence, il serait un être complètement biologique.

e]]Ce sujet nous demande donc de réfléchir sur la part de nature et de culture en l’homme.[/b]
[/i]

Normal pour un devoir de Philo qu'il soit mis en exergue les contradictions , c'est un principe de base de la philo ....!!!

Je ne vois rien de contradictoire avec ce que je dis, bien au contraire L'homme est "effectivement le produit de l'inné (la nature) et de l'acquis la culture au sens large donc de sa SOCIALISATION ...

L' inné c'est les outils le cerveau notamment la culture c'est ce qui le rempli donc l'environnement social ...
si tu mets un enfant dés sa prime enfance uniquement en contact avec avec des sourds- muets et coupé du monde extérieur il ne possédera jamais le langage ...

Par ailleurs il n'existe aucun gène prédisposant a la délinquance on ne naît pas délinquant (ça c'est des fables d'un ex président qui avait par ailleurs des problèmes avec la princesse de Clève ...!!!! la science et la culture n'était manifestement pas son fort ) on le devient pour telles ou telles raisons ou circonstances de la vie

Si tu ne vois pas la contradiction avec tes propres propos, et bien je ne peux rien faire pour toi...
Et en effet, il n'y a pas de gène prédisposant à la délinquance, on ne peut donc pas se contenter de vouloir "soigner" les délinquants comme s'il s'agissait de personnes atteintes d'une tare à laquelle ils ne peuvent rien. Quand une personne dotée de son libre arbitre agit mal, la société doit la punir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MoonKnight
1er flocon
1er flocon
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 25/11/2012

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Dim 17 Fév 2013 - 23:21

Saint Just a écrit:
Je ne vois rien de contradictoire avec ce que je dis, bien au contraire L'homme est "effectivement le produit de l'inné (la nature) et de l'acquis la culture au sens large donc de sa SOCIALISATION ...

Bonsoir Saint Just.

Je vais abonder, en partie, dans votre sens. Ainsi, je pense que pour faire émerger une société cohérente et plus ou moins équilibrée, il est préférable de rassembler dans un groupe des individus semblables à l'inné "proche" autant que possible et à l'acquis identique. Les valeurs étant propagées et perpétuées par la culture il est préférable que celle ci soit uniforme dans son application.

Donc un ensemble homogène qui serait plutôt ethniquement proche (le mot qui fâche, mais c'est une réalité) et culturellement identique ou quasi identique. Or ce qui se passe quand vous introduisez des données "erronées", c'est un dysfonctionnement sociétal. A petite échelle le phénomène est négligeable, à grande échelle il est nuisible car impossible à maitriser. Et si la puissance publique dépasse le cadre régalien pour chercher à compenser outrageusement les fameuses inégalités conséquemment créées, elle sombre dans le diktat.

Tout ne peut pas être régit par "l'Etat". Tout ne peut s'expliquer par l'inégalité sociale ou économique. Les dépenses publiques massives et le bourrage de crâne "bisounours" dès l'école primaire ne fonctionneront jamais car les gens différents ne veulent pas vivre ensemble, ils se fuient.

Les sociétés multiethniques sont en réalité multi-racistes et multi-violentes : Afrique du Sud, USA, Brésil. Hors périodes ségrégationnistes et malgré les boom économiques, rien n'y fait.

Les colonisations ont été éphémères et ont donné les guerres d'indépendance.

A contrario, le Japon, fermé et homogène, c'est 14 homicides par an pour tout le pays.

Vous avez compris mon point de vue je pense. Tant qu'on restera sur ce principe vaguement issu de l'humanisme, on ira dans le mur tous ensemble, même vous.
Cette idéologie mortifère qui fait de l'individu un produit de son environnement est une catastrophe. Elle donne lieu à tout un tas d'interprétations connexes qui déresponsabilisent l'être humain et donc le confortent dans son statut de "victime" de son environnement au lieu de le changer en acteur de celui-ci.

Je me permets une remarque sur la révolution. Tout n'est pas à jeter, certes. Sauf qu'en y regardant de plus près, ces grands démocrates conventionnistes ont supprimé le droit de vote des femmes aux assemblées locales et ont interdit les associations syndicales professionnelles (la loi Le Chapelier).

Après tout, la vraie révolution n'est pas populaire. C'est celle d'une minorité chassée (ancien régime/monarchie/noblesse) par une autre minorité plus avide de pouvoir (république/parlementarisme/bourgeoisie), et qui a eu pour effet de faire sauter tous les freins à l'avènement de la société industrielle.

Je vais en remettre une couche pour ces abrutis de syndicalistes qui soutiennent les travailleurs clandestins. En relisant Marx, on comprend que le Capital a besoin d'une armée de réserve de travailleurs.
Quel grand service ils lui rendent en défendant leur déportation ! Marchais doit s'en retourner dans sa tombe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GENDSTAS
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2257
Age : 67
Emploi : retraité
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 1:57

Bonsoir Saint-Just,
Il faut relire mon message, j'ai d'abord parlé de dictature puis de guerre, c'est-à-dire l'épopée napoléonienne qui est le produit de la Révolution française.
Je n'ai jamais remis en cause la défense des frontières par la patrie en danger.
On peut tout de même s'interroger sur la nécessité de massacrer temps de monde au nom des Lumières mais là, en interne, sinon il faut considérer Pol Pot, Mao et Staline comme de grands humanistes.
http://les.guillotines.free.fr/victimes.htm

En ce qui concerne la délinquance, tant que vous discuterez du phénomène avec les oeillères de nombreux bobos, vous ne ferez que le lit des extrémistes de tout bord.
Si la montée de la délinquance dans les cités n'était liée qu'à la crise économique, il faudra m'expliquer pourquoi dans les familles à problème, généralement nombreuses, les filles sont très rarement impliquées, c'est-à-dire plus ou moins 50% de la population à risque et que d'autre part, on trouve rarement l'ensemble des mâles d'une fratrie dans la délinquance.
Pourquoi la délinquance juvénile des cités ne représentent en fait que quelques % de l'ensemble des jeunes concernés ? La grande majorité est tellement bête qu'elle préfère suivre plus ou moins bien sa scolarité, ne pas traîner dehors et ne pas céder à la facilité du vol et des trafics en tous genres.
Pourquoi les villages au taux de chômage très élevé restent très peu concernés par la délinquance ?

Je vais vous répéter ma vision de cette population mais avec l'expérience de celui qui passait les menottes :

- les cités ont été créées dans les années 60-70 pour répondre au boom économique, c'est-à-dire une période de plein emploi. La concentration de populations à risque, celle où l'autorité parentale est accessoire, la moralité pas toujours très vaillante et les petits travers nombreux, a favorisé la délinquance en raison de la facilité de se dissimuler ainsi que par l'apparition des bandes. Alors même qu'il y avait du travail pour tout le monde, je le répète.

- la période 70-90 correspond peut être à la crise économique mais au niveau judiciaire, elle correspond surtout à l'arrivée de juges et magistrats élevés à la tétine "mai 68", à la volonté de minorer systématiquement les sanctions y compris pour les multi-récidivistes et particulièrement pour les mineurs. J'ai eu l'occasion de croiser quelques petits anges (pour leur juge) qui avaient un palmarès de quelques centaines de vols bien avant d'atteindre leur majorité.
A cette époque, il y avait de la place pour tout le monde dans les prisons et dans les centres éducatifs. Cela laisse donc facilement préjuger des résultats que l'on peut attendre de la méthode Taubira si des moyens massifs ne sont pas mis en place

- c'était également la période où il était de bon ton dans les milieux intellectuels et pour les "belles âmes" de diaboliser les forces de l'ordre et de mettre au compte de la société la responsabilité des travers individuels ;

- c'était l'époque où un grand nombre d'enseignants considéraient la discipline comme un gros mot ;

- c'était l'époque où la drogue est entrée dans les cités après avoir été l'apanage des milieux artistiques et bobos au bénéfice d'une très grande mansuétude des juges ;

- c'était l'époque où certaines familles ont appris à profiter du système sans contrepartie ni comptes à rendre sur l'éducation de leur progéniture ;

- c'était l'époque où il était encore temps d'augmenter les moyens de justice en proportion de l'augmentation de la population et fatalement de la délinquance ;

- c'était l'époque où les forces de l'ordre auraient encore pu tenir les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 3:40

Merci à GENDSTAS d’avoir apporté ce post constructif, bien dans le sujet, alors que d’autres membres
du forum s’en sont largement écartés, depuis dimanche soir, vers 19h55...

Et puisque c’est ainsi, je vais devoir jouer au maître d’école : quoi, je m‘absente quelques heures, et quand je reviens, c‘est le chahut ?...

Un mauvais point à Saint Just qui a cru pouvoir s’affranchir de la discipline la plus basique (éducation à reprendre) !

Un mauvais point aussi à tous ceux (celles) qui ne peuvent s’empêcher de lui répondre et réalimentent sans cesse les digressions de « notre révolutionnaire », à qui l’on ne saurait trop conseiller d’ouvrir un sujet dédié, dans lequel il pourrait développer ses arguments préférés.

Une petite digression de temps à autre, ça peut être sympa, mais point trop n’en faut, sinon on perd le fil.

Merci donc, d’essayer de vous en tenir au sujet, qui est suffisamment sérieux en lui-même, ainsi que nous le constaterons mieux encore dans quelques jours, probablement ce mercredi.

Cordialement à tous. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ventura
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 282
Localisation : Cher
Emploi : Maman
Date d'inscription : 19/06/2012

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 11:03

+ 1 Gendstas!

Très bonne analyse.

+ 1 Clint!

Car même si je m'intéresse à l'histoire (d'ailleurs je me suis modérée pour ne pas répondre), j'aimerais comprendre ce qui se trame avec ce fameux consensus.

Bonne journée à tous. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint Just
2 étoiles
2 étoiles


Nombre de messages : 402
Age : 70
Localisation : 03120 Lapalisse
Emploi : Citoyen, retraité de la RATP
Date d'inscription : 04/11/2010

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 12:52

Cher clint

Je ne vois pas en quoi mon, propos de 19h 55 se situant dans un échange est hors sujet ,Je suis de ceux qui refusent d'en rester a l'apparence des choses ...
Par ailleurs je me suis contenté de répondre a des contres vérités sur la révolution française ,(voir l'ensemble du fil) tout en revenant à chaque fois au sujet avec bien sur ma vision et non une vision bien pensante, facile , carcérale et tout sécuritaire ....
Que tu ne partages pas ma vision je le comprend mais c'est cela le débat , la facilité du tout sécuritaire et carcérale je la rejette en tant que citoyen et je le dis , persiste et signe ....

T'en fais pas pour mon éducation ,elle n'a ni besoin de garde chiourme ni de maître a penser, ni de censeur
Celle ci m'a toujours prémunit ( merci a l'environnement social dont j'ai bénéficié)contre le dictât de la facilité de la pensée unique, facile, imposée et consensuelle ....
En ce qui me concerne (j'ai bossé dès 16 ans ) mon "éducation"se/ s'est construite chaque jour qui passe a l'école de la vie et ce jusqu’à ma mort ...
Je suis "construit" aussi de, et par l'héritage culturel de ma classe sociale et de mon pays Normal pour quelqu'un qui assume pleinement l'héritage des lumières , de la révolution de 1789 de celle de 1848 de la commune, du front populaire , de la résistance du programme du CNR , et de France OUVRIÈRE en grève de 68... MA FRANCE en quelque sorte .... comme la chante si bien Jean Ferrat

Désolé de HS .... mais je tenais a te rassurer sur mon éducation pour laquelle tu semblais inquiet mon cher Clint

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 21:00

Bien ! C’est vraiment plus fort que lui ! Rolling Eyes
Avec l’aimable et tacite acceptation du "ci-devant" (précédent) posteur,
essayons de revenir enfin au cœur du sujet…
Donc :

Quelles recommandations seront rendues publiques par le jury, le 20 février 2013 ?
De larges extraits d’une interview récente de Nicole Maestracci, par Rue89, devraient nous en donner un aperçu…

http://www.rue89.com/2013/02/04/recidive-les-peines-alternatives-la-prison-sont-de-vraies-peines-239076

" Nicole Maestracci est le visage de la conférence de consensus sur la prévention de la récidive [……..].
Mais si elle préside le comité d’organisation de la conférence, ce n’est pas son avis qui prévaut, c’est celui du jury.
[………….…]
La conférence de consensus vise à faire le point sur l’état des connaissances scientifiques, entendre le point de vue des professionnels (au sens large) et de tous ceux dont l’avis est jugé précieux, avant d’émettre des recommandations.
C’est une magistrate reconnue qui organise les débats. Première présidente de la cour d’appel de Rouen, Nicole Maestracci a déjà participé à plusieurs conférences du même type [……..….].


- Rue89 : Vous avez entendu l’avis de nombreux professionnels de la justice sur la récidive. Que disent-ils ?
- Nicole Maestracci : La plupart considèrent que les courtes peines de prison (jusqu’à six mois environ) ne permettent pas de lutter efficacement contre la récidive.
Plusieurs organisations syndicales de policiers nous disent que ça permet surtout de se constituer des réseaux délinquants, d’apprendre des techniques en prison... C’est criminogène.
Les personnels pénitentiaires et les magistrats nous disent que ce temps est trop court pour permettre un travail d’insertion et une préparation correcte de la sortie.
Tout le monde reconnaît donc qu’il faut que les courtes peines de prison interviennent seulement dans certains cas exceptionnels.
Mieux vaut, dans la mesure du possible, des peines alternatives, d’autres types de sanctions.


- Il faut donc développer les peines alternatives à la prison ?
- Environ 80% des personnes entrant en prison à un moment donné restent moins d’un an, 60% moins de six mois.
Pour ces détenus-là, la question de la dangerosité n’est pas la plus importante, ils n’ont pas commis de délits très graves.
Dans les représentations, les peines alternatives seraient des « mesures de faveur » pour les condamnés, pas forcément propices à prévenir la récidive.
[……..] La question plus générale, c’est celle de la crédibilité des peines alternatives. Elles protègent mieux de la récidive que les peines de prison.

- Vous parlez de « crédibilité » des peines, mais par rapport à qui ? A la personne condamnée ? A l’opinion publique ?
- Une bonne peine est considérée comme juste, à la fois par la personne condamnée, par la victime et par l’opinion publique de manière générale. C’est ça l’idéal. Pour que la peine soit juste, il faut aussi qu’elle soit exécutée.
Souvent, la méconnaissance des peines alternatives fait que la victime se dit : « Cette personne a été interpellée et puis on l’a revue dans le quartier le lendemain ».
Mais il peut avoir un TIG à effectuer ou des obligations à respecter. Ces peines sont de vraies peines.
Là vient l’idée de la peine de probation, qui ne serait pas déterminée en fonction d’une durée de prison, mais en fonction d’un contenu adapté à chaque personne.
Cela pourrait être des soins, du travail d’intérêt général, de l’indemnisation de la victime, le fait de ne pas récidiver, de s’insérer.
Si vous ne respectez pas ces obligations, il n’y aurait pas une peine de prison déterminée au préalable mais un retour devant le tribunal, qui prononcerait une peine en fonction de la personnalité et de la gravité du manquement aux obligations.
Mais ce n’est pas la peine de probation qui va résoudre tous les problèmes : si elle se met en place avec les seuls moyens dont dispose aujourd’hui les SPIP et avec une réponse pénale à 90%, il est peu probable qu’on arrive à la mettre en place dans de bonnes conditions.

- La peine de probation a déjà été annoncée par Christiane Taubira. Quelle est votre marge de manœuvre dans les propositions que vous pouvez adresser à la garde des Sceaux ?
- Notre souci est de proposer des solutions réalistes, parce que dans le cas contraire, elles ne seront pas mises en œuvre.
[…………….……]

- 80% des sorties de prison sont des sorties « sèches », sans accompagnement. Comment mieux accompagner les détenus ?
- Plus les gens sortent en libération conditionnelle, moins ils ont de chances de récidiver.
A condition bien sûr que cette libération s’accompagne d’un suivi sérieux et adapté à la situation de chaque personne. Ce sont des données solides, qu’on a depuis longtemps, mais ça contredit les idées reçues.
Ces dernières années, compte tenu des attaques dont ils ont fait l’objet, les juges d’application des peines ont développé une certaine réticence à prononcer des libérations conditionnelles.
[……………………..] "

(à suivre sur post suivant)


Dernière édition par clint le Lun 18 Fév 2013 - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 21:16

(suite de l’ITW de Mme Nicole Maestracci par Rue89)


- " A très long terme, pensez-vous qu’un jour la prison ne fera plus partie de l’arsenal répressif ? Après tout, l’institution carcérale est une invention assez récente.
- L’air du temps n’est pas tout à fait dans ce sens. Je ne crois pas qu’on parvienne à supprimer la prison à court terme, en tout cas pour les faits les plus graves.
Et on n’a pas encore fait la démonstration qu’on était capables de mettre en œuvre des réponses crédibles pour l’ensemble de l’opinion publique qui se substituent à la prison.
C’est difficile de se projeter si loin, et la prison n’a pas pour but seulement la prévention de la récidive. Elle a un aspect symbolique, avec une tension entre l’objectif de punition et l’objectif de réinsertion.
En revanche, le fait qu’il y ait plusieurs types de prison, des prisons plus ouvertes, d’autres moins, qu’on s’adapte mieux à chaque type de délinquant, ça fait partie des objectifs qu’on peut avoir à moyen ou long terme.

- Le développement du bracelet électronique comme peine alternative à la prison vous semble-t-il judicieux ?
- Sous certaines réserves. Toutes les études convergent pour dire que le PSE ne peut pas dépasser quelques mois, sinon c’est très difficilement supportable, ça crée des incidents et des risques de retour en prison.
Deuxièmement, le PSE ne fait pas réinsertion en soi. […….]
C’est une mesure, mais il faut se garder de penser – comme elle n’est pas très coûteuse – qu’on peut la mettre en œuvre en se passant de cet accompagnement humain.
[………………………..]

- Quel bilan faites-vous des travaux de la conférence de consensus jusqu’à présent ?
- Au départ, la conférence se heurtait à un certain scepticisme, parce que c’est une méthode très inhabituelle dans le monde judiciaire. [….]
Ce processus fait intervenir beaucoup de gens, c’est un pari sur l’intelligence collective et le croisement des regards.
Tous les professionnels avaient le souci de débattre et de contribuer, de trouver des solutions. Ils ont aussi exprimé un sentiment de perte de sens, due à l’impression de gérer des flux et à la surcharge de travail. [……………]

- L’importation de la conférence de consensus, issue du monde médical, dans le domaine de la justice, témoigne-t-elle d’une mutation de la répression vers le soin ?
- J’y verrais plutôt l’idée que pour mener une politique pénale, on doit se fonder sur des données scientifiques, même s’il ne s’agit pas là de sciences dures mais de sciences humaines et sociales.
Il y a toujours une part d’humain et d’émotion dans l’accompagnement de quelqu’un. Néanmoins, on a suffisamment de données aujourd’hui pour dire : ce n’est pas possible de continuer comme ça.

Aujourd’hui, tous les textes successifs ont rendu l’accès aux mesures d’aménagement plus difficile pour les récidivistes.
Résultat, les récidivistes, qui sont les personnes les plus en risque de récidive, bénéficient le moins des mesures propres à réduire les risques. C’est une absurdité, une contradiction relevée par beaucoup des intervenants qu’on a entendus. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cti 41
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 4550
Age : 71
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 21:48

écoeurant, on reste toujours sur le même angle d'attaque: Les pôôôôvres victimes de la répression judiciaires et on oublie totalement les victimes, les vraies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ventura
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 282
Localisation : Cher
Emploi : Maman
Date d'inscription : 19/06/2012

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 22:24

C'est avec ceci que j'ai du mal, parce que derrière les phrases ronflantes et d'une redondance navrante: où se situent les victimes?

Eternelles oubliées....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimoth
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 137
Emploi : Gendarme de BT
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Lun 18 Fév 2013 - 22:40

Saint Just a écrit:
My Life

Tu devrais écouter un peu Jean-Pax Mefret ça te changerait de l'endoctrinement politique que tu as subit toute ta vie, je te plains Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hans87
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1587
Date d'inscription : 18/01/2010

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Mar 19 Fév 2013 - 1:23

Saint Just comparé à un " ci-devant " par Clint ! Respect vert
Bon je sors......relire le Quatre vingt treize de Victor Hugo. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GENDSTAS
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2257
Age : 67
Emploi : retraité
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Mar 19 Fév 2013 - 3:20

Bonsoir,
Outre les victimes dont la place est occultée mais dont on parle un peu pour se donner bonne conscience mais aussi et surtout par crainte qu'elles ne viennent un jour à revendiquer leur place au sein du procès pénal, il serait intéressant que l'on nous parle de ces délits "pas graves" qui ne mériteraient pas la prison.
Qui passe derrière les barreaux pour un délit "pas grave" ? Si on entend par là ceux qui ne risquent pas de porter atteinte à l'intégrité physique des autres, je ne vois que les auteurs de non paiement de pension alimentaire.
Sinon, les primo-délinquants qui goûtent aux geôles de la République, ce sont des violeurs, des meurtriers, des auteurs de vols avec agression physique ou menace d'une arme.
Pour la grande masse des délinquants, les premiers mois de prison n'interviendront qu'après qu'ils aient déjà longuement fréquenté les bureaux de garde à vue et acquis une large réputation de voyous dans leur entourage mais leur honneur sera sauf dans le cœur des magistrats.
Enfin, il est très grave de voir que ce débat traite de la punition et de la réinsertion mais qu'il occulte totalement la protection des populations. Normal, car comment oser envisager de supprimer la prison si l'on admet que l'on va laisser, ou remettre, en liberté des individus dangereux pour les autres ?

Intéressant également de jouer sur les mots pour laisser entendre que la prison serait un système récent, c'est le laxisme des juges qui l'est pas la sanction. Inutile de rappeler qu'il n'y a pas si longtemps, on coupait le cou aux pervers, les récidivistes connaissaient le bagne et les travaux forcés, sans parler de la relégation.

Edifiant d'apprendre que le bracelet électronique entraînerait d'importants risques de récidive s'il est utilisé trop longtemps. C'est révélateur de ce que tous les policiers et gendarmes savent depuis longtemps, les malfaiteurs sont d'abord des individus qui se plient difficilement aux règles de la société. Heureusement qu'il y a une commission Théodule pour le révéler au grand public.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GENDSTAS
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2257
Age : 67
Emploi : retraité
Date d'inscription : 25/04/2010

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Mar 19 Fév 2013 - 3:30

lafayette a écrit:
Saint Just comparé à un " ci-devant " par Clint ! Respect vert
Bon je sors......relire le Quatre vingt treize de Victor Hugo. Very Happy

Inutile, le 9-3, il connaît...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Tulle : le retour du TGI se précise !!!   Mar 19 Fév 2013 - 17:31

Un rapport remis ce mardi 19 février à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, recommande de redonner à Tulle, préfecture de la Corrèze et fief électoral de François Hollande, son tribunal de grande instance, rapporte Le Lab, une opération dont le coût estimé est de 3,3 millions d’euros.
Cette hypothèse se ferait aux dépens de Brive, sous-préfecture de la Corrèze et actuel siège du TGI, qui deviendrait une "chambre détachée", avec des compétences renforcées en matière de justice économique.
Au prix d'une acrobatie argumentative, cette mission, conduite par Serge Daël, un conseiller d’Etat honoraire, également président de la Commission d’accès aux documents administratifs, se défend de recommander une « réouverture » du TGI de Tulle, et explique qu’il s’agit d’un simple transfert. Tulle est, parmi huit cas de fermeture étudiés par la mission, la seule ville qui retrouvera ce statut.
http://www.europe1.fr/Politique/Tulle-le-retour-du-TGI-se-precise-1420793/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GLAIVE
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 1016
Age : 69
Localisation : PICARDIE
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Mar 19 Fév 2013 - 18:08

Peut-on faire dans la dentelle à Tulle ?
Ce rapport est-il cousu main ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdesherauts.com
L'idiot utile
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 973
Age : 37
Localisation : île de france
Emploi : Changeur de couche, emmerdeur de voie public
Date d'inscription : 26/07/2011

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Mar 19 Fév 2013 - 20:08

Et on va nous reparler d'économies à faire, après ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Comment Taubira veut défaire l'arsenal antirécidive !   Mar 19 Fév 2013 - 23:53

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/02/19/01016-20130219ARTFIG00703-comment-taubira-veut-defaire-l-arsenal-antirecidive.php

Les policiers dénoncent les projets de Taubira

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/02/19/01016-20130219ARTFIG00704-les-policiers-denoncent-les-projets-de-taubira.php

"Pas de prison" dit Taubira

http://lagrognegend.blogspot.fr/2013/02/pas-de-prison-dit-taubira.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'idiot utile
3 étoiles
3 étoiles
avatar

Nombre de messages : 973
Age : 37
Localisation : île de france
Emploi : Changeur de couche, emmerdeur de voie public
Date d'inscription : 26/07/2011

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Mer 20 Fév 2013 - 12:52

Quel est la définition du crime contre l'humanité? On trouve cette définition sur Internet, simplifiée certes à l'extrême:

Citation :
Un crime contre l'humanité est une « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d'un individu ou d'un groupe d'individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ». Cependant, « il n’y a pas, pour les crimes contre l’humanité, de définition généralement admise ».

La formule complète et généralement acquise de cette définition se trouve être l'article 7 du Statut de Rome de la Cour pénale intenationale de 1998, que je vous invite à lire si vous le souhaitez...

Mais, me direz-vous, qu'est-ce que cette définiton vient faire dans un post sur le présent sujet? Est-ce que l'idiot utile a perdu le sens des réalités? A-t-il perdu tout sens commun?

Cette digression n'a en fit qu'un but: exprimer une opinion (en l'occurence la mienne), tout en respectant la chartre du présent forum comme nous avons tous pris l'engagement de le faire...

Donc, pourquoi commencer par ça? Ai-je l'intention d'en accuser quelqu'un, de pointer un doigt accusateur sur qui que ce soit?

Je viens de lire les post que Marsouin a mis en ligne, concernant les derniers déroulements de cette conférence sur le consensus de la récidive... et j'avoue que certaines choses, certaines phrases m'ont interloquées, pour ne pas dire plus...

De quoi s'agit-il? on nous parle en vrac:
Citation :
- de favoriser les libérations conditionnelles pour les détenus condamnés à de longues peines - par exemple avec une sortie «automatique» aux deux tiers de la peine

-Les personnes qui, selon les textes actuels, seraient passibles de quelques mois de prison, ne seraient à l'avenir plus susceptibles d'être écrouées. Pour elles, le juge déciderait d'une durée de «probation». À charge aux services d'application des peines d'en déterminer le contenu: un programme de soin, de formation ou un travail d'intérêt général comme il en existe déjà par exemple.

-Comme les libérations anticipées, les peines de probation visent à éviter la prison considérée comme dangereuse.

-Une partie des délinquants de la route ne passeraient donc plus devant le juge, les faits qui leur sont reprochés pouvant relever, par exemple, d'un nouveau type de contravention.

Bien évidemment, les réactions "hostiles" à ces propositions avancées ont déjà été nombreuses, tant du côté des magistrats que des policiers:
Citation :
-«Quand on entend parler de dépénalisation, on a tendance à être heurtés, estime-t-il. Car ce n'est pas en dépénalisant qu'on fait disparaître les délits.»«La prison ne règle sans doute pas tout, et mieux vaut une peine alternative effective qu'une peine de prison non effectuée. Mais ce à quoi nous croyons le plus, c'est à la rapidité de la réponse pénale, pour que la sanction prononcée ait un sens.»

-«À l'heure où les cambriolages et les vols à la tire explosent, cette politique est surréaliste et ne pourra conduire qu'à une explosion encore plus forte de la délinquance ainsi qu'à une démobilisation des forces de l'ordre, spécule-t-il.

-«Mme Taubira jette l'opprobre sur le système carcéral, qui va mal précisément parce qu'il n'y a pas assez d'établissements pénitentiaires».«La garde des Sceaux est dans le déni du réel. Mais avant de rattraper les politiques, la réalité va surtout rattraper les victimes. C'est un fiasco sécuritaire qui s'annonce.»

-«On nous rabâche les oreilles avec le modèle suédois, mais ils disposent d'un agent de probation pour 20 personnes, et nous d'un agent pour 100 à 120 personnes… Évidemment, la surveillance n'est pas aussi étroite !»

-«On discute des prisons comme si elles n'étaient peuplées que de personnalités qui, avant elles, étaient exemplaires et, après elles, seront irréprochables»

Il est évident que le débat à venir va être apre et disputé, tant d'un côté que de l'autre... Mais me direz-vous, quel rapport avec la définition de crime contre l'humanité? « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d'un individu ou d'un groupe d'individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ».

J'y viens: ce débat sur la récidive, le système carcéral français en vérité, est un vieux combat entre les élites de la Nation, dont certains épisodes ont davantage marqués les esprits de nos concitoyens et de nous-mêmes depuis des décennies: le combat de Robert Badinter contre la peine de mort, le combat pour la création d'un fichier des empreintes génétiques centralisé, l'aménagement des peines de prisons et des conditions de vie en prison...

Je ne prétends pas une seule seconde que notre système judiciaire est parfait (loin s'en faut), il y a certes des modifications à y apporter... mais je ne peux pas m'empêcher de penser à ceux qui risquent d'être les vraies cibles de la future loi sur la récidive: les VICTIMES!

Comment puis-je faire l'analogie entre le sort des victimes en France de crime ou de délit avec la définition du crime contre l'humanité? En quoi ce texte peut-il mettre en danger les "droits fondamentaux d'un individu ou d'un groupe d'individus" (ici, les victimes)?

Par le message qu'il envoie aux auteurs de faits délictuels ou potentiels auteurs de faits délictuels! Comment un voleur, un violeur, un cambrioleur, une personne se rendant coupable d'une "agression physique avec ou sans usage des armes" sans motif apparent ou légitime, peut-il prendre un débat de cette nature?

Que peut-il comprendre? Et les citoyens, qui peuvent se sentir "victimes potentielles" avec tout ce qu'elles voient ou lisent dans la presse, ou sont des "victimes effectives" suite à la commission d'un fait délictuel à leur encontre, comment peuvent-elles interprêter pareils signaux? Ne vont-elles pas s'estimer "abandonnés" par les pouvoirs publiques, floués dans leurs droits fondamentaux à la sécurité e tà la paix publique?

On va me reprocher d'y aller trop fort en parlant de « violation délibérée et ignominieuse inspirée par des motifs politiques », en ceci que le texte de loi qui va résulté de ce "concensus" n'a aucunement le but de s'avérer être une violation délibérée, encore moins ignominieuse, des victimes, de la nation et de la paix publique...

Mais je prédis déjà que tout ceci va être perçu de la sorte; par l'opinion publique, par les opposants aux gouvernements qui auront beau jeu de s'offusquer, par les extrêmes qui vont pouvoir jouer sur les peurs...

C'est là que ce trouve, à mon sens, l'ignominie de ce consensus: les victimes vont se sentir trahies, abandonnées par une justice qu'elle imagine devoir les protéger... Je vois venir assez clairement les reportages alarmistes à la télévision sur les vicitmes de viols, de cambriolages (ces reportages abondent en ce moment sur nos réseaux numériques télévisuels...); les débats de politiques politiciennes où on va vendre à la population craintive et échaudée des lendemains où le délinquant habituel sera "choyé" et "aidé" dans sa réinsertion, qu'elle soit voulue ou pas, et les victimes qui seront laissées pour compte, voir condamnées lourdement si elles se défendent et triomphent de leur(s) agresseur(s)

Je ne fais pas de menaces, je ne fais pas de politique! Ce n'est pas le lieu pour en faire! J'exprime ici mon opinion toute personnelle, issue des constatations que j'ai moi-même réalisé sur le terrain, au contact de mes concitoyens victimes de primo ou habituels délinquants, et de ces mêmes délinquants que j'ai présenté et présente encore à la justice, qui ne considère guère plus la Prison que comme un mauvais moment à passer...

Ce que je veux dénoncer ici, c'est une fois encore le parti pris de dire que les personnes incarcérés sont des victimes du système, de la société!

Si ces hommes, ces femmes, ces mineurs sont bien victimes, c'est de leurs choix, et UNIQUEMENT DE LEURS CHOIX!

Le milieu familial, amical, l'environnement de l'individu "peuvent" avoir un impact sur les intentions et les volontés des individus, mais c'est un raccourci facile qui dissimule la grande majorité des personnes qui ont grandis et vécues dans des conditions dites "difficiles" sans verser dans la délinquance.

Je n'ai, depuis que je suis gendarme, jamais mener en maison d'arrêt de personnes qui ne faisaient l'objet d'une décision de justice ou d'un jugement prononcé par un tribunal! Je n'ai jamais mis en prison une personne reconnue innocente par la justice!

Je ne sais quelle direction veut prendre la ministre de la Justice et le gouvernement vis à vis de son système carcéral et par extension, de sa justice...

Qu'ils prennent néanmoins garde, pour quelques raisons que ce soit, à ne pas se voir accuser, dans un futur proche ou non, d'avoir commis contre leur peuple, "au bénéfice de quelques uns", " la plus suprême des injustices": celles de ne pas défendre ces citoyens de ceux qui les accablent au quotidien...

Merci à vous de votre lecture, et désolé de ce long post...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Préconisations pour moins de prison: tollé à droite et chez les policiers !   Jeu 21 Fév 2013 - 16:57

PARIS (AFP) "Dangereuses, irresponsables..." Les préconisations de la "conférence de consensus" de Christiane Taubira pour une politique pénale moins centrée sur la prison ont provoqué jeudi un tollé à droite et chez les policiers, alors que ses partisans attendent du gouvernement "le courage" de les mener à bien.

"Ce message de laxisme envoyé une fois de plus par la garde des Sceaux est totalement inacceptable vis-à-vis des victimes, des Français et des forces de l'ordre", a réagi le député Eric Ciotti, secrétaire national de l'UMP à la sécurité, en dénonçant "l'irresponsabilité de la politique" de Christiane Taubira.

Dans la même ligne, l'association "Institut pour la Justice" a déploré que "le gouvernement persiste et signe dans une voie dangereuse pour la sécurité des Français", en occultant les "vertus, les fonctions neutralisante, dissuasive et réparatrice" de la prison.

En vue d'une réforme de politique pénale censée rompre avec le "tout carcéral" et mieux prévenir la récidive, la ministre de la Justice avait mis en place à l'automne une "conférence de consensus", qui a remis ses conclusions en douze points mercredi soir au Premier ministre.

Ses propositions portent en particulier sur les peines purgées hors de prison (avec l'instauration de "peines de probation"), la fin des sanctions automatiques et la systématisation des libérations conditionnelles.

Un projet de loi devrait être bouclé d'ici l'été.

"On est dans le déni du réel, dans le dogmatisme", a déploré Patrice Ribeiro, le secrétaire général de Synergie-Officiers (2e syndicat d'officiers de police), en appelant le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, à "s'opposer avec force à ces préconisations". Selon lui, "si ces mesures sont appliquées, il se passera la même chose qu'avec les lois Guigou en 2001, et la délinquance explosera".

Pour Jean-Claude Delage, secrétaire général d'Alliance (2e syndicat des gardiens de la paix), "s'arc-bouter sur l'individualisation de la peine, ce n'est plus adapté à la société et à la violence actuelle". Les peines plancher, selon lui, "sont absolument nécessaires".

A l'opposé, des associations et syndicats de gauche, à l'instar du Syndicat de la magistrature (SM), ont salué les conclusions des experts de la conférence de consensus, en rupture avec "dix années de politique sécuritaire". "Il appartient désormais au gouvernement et au parlement de ne pas reculer face aux gardiens du temple sécuritaire", a espéré le syndicat. Le SM a même souhaité que les réformes aillent plus loin, notamment dans la "dépénalisation" de certaines infractions, écartée par la conférence de consensus.

L'Observatoire international des prison (OIP) rappelle lui aussi qu'il attendait de longue date "le revirement culturel". La "conférence de consensus" vient "utilement renforcer des mesures déjà annoncées par le gouvernement", estime l'association de soutien aux détenus, tout en regrettant une certaine "timidité". "Il nous reste à espérer que ces propositions ne resteront pas lettre morte", a également souhaité François Korber, ancien détenu responsable de l'association Robin des Lois.

"Il est vrai que la prison est un pourrissoir dans un nombre important de cas. On y entre délinquant et on en sort dans les réseaux de banditisme", a déclaré sur iTélé François Bayrou, président du Modem. Il faut donc selon lui "chercher des solutions différentes, à condition que ce ne soit pas ressenti comme un signe de laxisme".

Le principal syndicat de magistrats, l'USM, s'était quant à lui déclaré dès mercredi soir "consterné" par les conclusions de la conférence de consensus. "Rien de neuf", des "lieux communs", a tranché l'USM.

http://www.varmatin.com/france/preconisations-pour-moins-de-prison-tolle-a-droite-et-chez-les-policiers.1135097.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Valls : "le mal est profond, il faut désormais une sanction dès le premier délit   Ven 22 Fév 2013 - 11:15

"""""Je pense aux familles des victimes. Je serai très ferme. Ce profil de délinquant récidiviste pose problème. Il faut de la réflexion et de l'action contre ces délinquants. Ces jeunes ne respectent pas les règles, les lois. Les policiers sont confrontés à ce genre d'individus tous les jours. Le mal est profond".
"L'autorité parentale n'existe plus, le trafic de drogue règle tout. Il y a une crise de l'autorité. Quand on s'attaque à des policiers, des pompiers, des enseignants, ça veut dire que la société ne va pas bien. Il faut une sanction dès le premier délit et vite ! C'est une priorité. Les sanctions doivent être exemplaires".
"Il ne peut y avoir aucune faiblesse. Toute la société doit incarner l'autorité. C'est aussi une valeur de gauche".
"J'ai trouvé une situation de la police très dégradée. Nous allons créer 500 postes de policiers tout les ans. Nous allons allouer 30 millions d'euros au parc automobile de la police. Il faut agir car les délinquants n'ont pas peur".

En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/pepites/manuel-valls-mal-est-profond-faut-desormais-sanction-premier-delit-647160.html#u4sqFTsfyteOQ3Zz.99

Délits routiers : "pas de dépénalisation"

http://www.europe1.fr/France/Delits-routiers-pas-de-depenalisation-1424583/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clint
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 2145
Localisation : Rhône-Alpes
Emploi : Retraité
Date d'inscription : 13/09/2007

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 22 Fév 2013 - 14:31

le 21/02/2013 à 18h27 sur RTL Info :

Manuel Valls : "J'attends que la justice soit impitoyable "

"A propos de [.....] la mort de 2 policiers de la BAC :

[......] c'est un jour sombre pour la police… [....], je n'attends qu'une seule chose c'est que la justice soit impitoyable, très sévère à l'égard de ceux qui transgressent en permanence la loi et qui peuvent tuer sur la route…
Depuis plusieurs années le tabou de la violence a trop reculé dans nos sociétés et c'est le cas aussi pour les policiers comme pour tous les dépositaires d'une autorité… oui il y a une transgression… je suis convaincu que dans cette crise économique que nous vivons, l'autorité, l'ordre républicain c'est indispensable si nous voulons vivre dans une société apaisée…"



A propos des mesures Christiane Taubira [cf. conférence de consensus sur la récidive]:

"L'émotion est toujours mauvaise conseillère…
je veux juste souligner que l'auteur présumé des faits a été condamné à 4 reprises à des peines d'emprisonnement pour des délits routiers, cela démontre… que contrairement à ce que certains sous-entendent la justice de ce pays n'est pas laxiste et moi je ne mettrai pas en cause l'institution judiciaire, mais nous avons besoin que les peines d'emprisonnement soient prononcées dès la 1ère faute, il faut qu'il y ait une sanction, une règle… et nous avons besoin qu'elle s'applique dans ce pays…"
[...............] "

http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/otages-au-cameroun-policiers-tues-sur-le-peripherique-valls-fait-le-point-sur-rtl-7758595415[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
VCE
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 227
Date d'inscription : 01/11/2011

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 22 Fév 2013 - 16:37

pas fini de coincer entre Taubira et Valls.

enfin l'histoire ne dit pas si les policiers voulaient donner un récépissé de contrôle à ces délinquants où s'ils portaient le badge au moment de leur mort.

Il est évident que l'ambiance née des décisions visant à humilier les policiers et les gendarmes a forcément à voir avec le comportement des délinquants à leur égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spiderman
1 étoile
1 étoile
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : champagne ardenne
Emploi : GM
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 22 Fév 2013 - 17:50

Citation :
Par ailleurs il n'existe aucun gène prédisposant a la délinquance on ne naît pas délinquant (ça c'est des fables d'un ex président qui avait par ailleurs des problèmes avec la princesse de Clève ...!!!! la science et la culture n'était manifestement pas son fort ) on le devient pour telles ou telles raisons ou circonstances de la vie


Saint juste :

il faudrait arrêter de s'en prendre à l'ex président ( je suppose qu'il ne s'agit pas de Mitterrand...et pourtant il y aurait matière..) pour justifier on ne sait quelle croisade contre des élites de "droite" que tu hais apparemment. Maintenant il faudrait tourner la page . Je sais bien que les gens de" ton bord" ont mis des années à reconnaitre les horreurs du communisme ( certains toujours pas) , ont encensé les" belles réussites" du printemps arabe , ou nous ont alors presque mis DSK un violeur multirécidiviste à la tete du pays ou magnifient la révolution française alors que c'était une horreur absolue mais oui le fait de tout intellectualiser façon bobo de gauche ne dispense pas d’être intelligent et de reconnaitre les évidences....

Bref ,je pense qu'avec autant de clairvoyance et de lucidité sur le monde qui t'entoure tu devrait y aller mollo face a des gens majoritaires sur ce forum qui coté délinquance savent de quoi ils parlent parce qu’ils y sont confrontés en permanence dans les bas fond de la société et aux 4 coins du monde. Donc quand certains d'entre nous reconnaissent en s'affranchissant de la pensée unique qu'il y a dans certaine famille un terrain génétique de délinquance , que certaines communautés ou cultures sont plus rencontrées parmi les délinquants en garde a vue ou en prison. C'est du concret et pas une réflexion socialo philosophique a 10 000 mètres d'altitude sur la réalité de la nature de la délinquance de notre pays .

Après coté explication de ces "caractéristiques sociales de la délinquance" injecter des milliards dans les banlieues, cracher sur les sales patrons exploiteurs en leur mettant tous les mots de la société sur le dos etc , ca a été fait pendant 25 ans et apparemment ce n'est pas la bonne solution....Faut donc changer, un peu comme le journal "l’humanité" qui crache sur le capitalisme alors que son principal actionnaire est milliardaire, c'est un non sens ... même expliqué ou excusé avec un aplomb de professeur de philo!!!

Tu vas dire que je ne suis qu'un gros bœuf de gendarme mobile , mais la solution elle est toute simple . Si un gars donne une claque à une victime et qu'il sait que dans la foulée il s'en prend une rafale de 30 par la justice, il ne recommence plus car ,il sait ce qu'il attend la prochaine fois. Il faut juste avoir le courage de simplifié la nature humaine, même si "ca fait pas bien dans l'opinion publique" .


Dernière édition par Spiderman le Dim 24 Fév 2013 - 11:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heimoth
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 137
Emploi : Gendarme de BT
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 22 Fév 2013 - 17:58

@Spiderman, j'ai par erreur supprimé l'ensemble des MP d'insulte que SAINT JUSTE m'a envoyé, je pense que, vu la teneur de ton post, tu devrais en recevoir une rafale assez rapidement. Si tu pouvais me les copier/coller et me les renvoyer, ça serait sympa, c'était quand même des perles et je m'en veux de les avoir perdu par maladresse.

Par avance, camarade, je te remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cti 41
4 étoiles
4 étoiles


Nombre de messages : 4550
Age : 71
Date d'inscription : 14/01/2008

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 22 Fév 2013 - 18:19

On a tendance à considèrer qu'un consensus est un accord entre de nombreuses personnes même d'orientations ou d'avis différents.
Dans cette conférence de consensus il est clair que la majorité des personnes consultées vont dans le sens de ce que souhaite la ministre.
Ce n'est plus un consensus comme on aimerait le voir et dans lequel toutes les personnes, même de sensibilités différentres, trouveraient un accord sur une façon d'aborder le traitement de la délinquance et de la criminalité pour faire reculer la récidive.
Là, une fois de plus, c'est une gesticulation destinée à faire avaler des couleuvres même si elles se montreront, très rapidement, totalement indigestes..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spiderman
1 étoile
1 étoile
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 41
Localisation : champagne ardenne
Emploi : GM
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Ven 22 Fév 2013 - 18:33

@ Heimoth , pour l'instant j'attends la foudre...toujours rien.Je te les envoies si j'ai du nouveau.
cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: "Une réforme de la justice ne peut pas se faire contre la police" !!!   Ven 1 Mar 2013 - 17:12

C'est un avertissement de la place Beauvau (ministère de l'Intérieur) à la place Vendôme (ministère de la Justice). Jeudi soir sur France 2, dans l'émission Compléments d'enquête, et avant même que Christiane Taubira ne présente son projet de réforme pénale, le "premier flic de France" prévient :

Une réforme de la justice ne peut pas se faire sans la police. Elle ne peut pas se faire contre la police. Et la prochaine réforme de la justice devra se faire évidemment avec les magistrats mais aussi les policiers et les gendarmes.

Manuel Valls donne ainsi des gages aux syndicats de policiers, qui reprochent à Christiane Taubira son "silence" et son "laxisme". Il fait ensuite référence aux conclusions de la conférence de consensus, qui appelle à la fin du "tout-carcéral"


Il y a eu une conférence de consensus, qui fait un état de la situation. Mais il est hors de question de renoncer à la sanction, à la sévérité, à l'exemplarité de la peine.
La semaine dernière déjà, il se prononçait contre la dépénalisation des délits routiers, alors que la Garde des Sceaux l'envisageait publiquement. Cette fois-ci, il ne se limite plus à la simple question des délits routiers et fait référence à l'ensemble de la réforme pénale.


Mais Manuel Valls prend bien soin de ménager Christiane Taubira sur la forme. Il déclare :


Moi je m'entends bien avec Christiane Taubira, c'est la réalité. C'est une femme d'autorité. L'image qu'on cherche à lui coller est fausse.


http://lelab.europe1.fr/t/manuel-valls-previent-taubira-une-reforme-de-la-justice-ne-peut-pas-se-faire-contre-la-police-7781

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MARSOUIN 26
5 étoiles
5 étoiles
avatar

Nombre de messages : 12531
Localisation : DROME
Emploi : Retraité Gie
Date d'inscription : 24/11/2007

MessageSujet: Taubira favorable à des récépissés pour les contrôles de police !   Ven 15 Mar 2013 - 21:54

Décidément, l'idée de mettre en place des récépissés pour les contrôles de police divise le gouvernement. Alors que le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, s'y sont opposés dès le début du quinquennat, Christiane Taubira va-t-elle remettre le sujet sur le tapis ? La garde des Sceaux s'est déclarée "très clairement" favorable à ce dispositif, jeudi 14 mars, dans une rencontre avec le Mouvement des jeunes socialistes (MJS).

Dans la vidéo de la réunion, mise en ligne par le MJS et dénichée par Le Lab, la ministre, interpellée par une participante, explique "qu’il faut mettre un terme" à la répétition abusive des contrôles visant certaines populations, pour lutter contre "une ambiance, des inégalités, des injustices, des exclusions". Pour Christiane Taubira, qui souligne qu'il ne s'agit surtout pas de pointer du doigt les policiers, il y a là "un enjeu de confiance".
Francetv info

https://www.dailymotion.com/video/xy7ky9_point-gouv-avec-christiane-taubira_news#from=embediframe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ventura
2 étoiles
2 étoiles
avatar

Nombre de messages : 282
Localisation : Cher
Emploi : Maman
Date d'inscription : 19/06/2012

MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    Sam 16 Mar 2013 - 1:13

Décidement, elle n'a pas fini de m'écoeurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...    

Revenir en haut Aller en bas
 
Conférence de consensus sur la récidive=>vers une justice pénale "a minima"?...
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gendarmes Et Citoyens :: Gendarmes Et Citoyens : le Forum PRINCIPAL-
Sauter vers: